2005 : La liberté des peuples

Victor Hugo


"Il ne suffit pas d'être la démocratie, il faut encore être l'humanité"

Au milieu du XIXe siècle, VICTOR HUGO pour s'être dressé contre la tyrannie, va passer près de 20 ans de sa vie en exil, face à l'océan.

De partout dans le monde, dès qu'une liberté est menacée, on fait appel à sa voix, à sa plume et il intervient : en faveur du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, du droit des femmes, du droit des enfants ; contre la misère, l'injustice ; contre la peine de mort, et aux côtés de son ami Victor Schoelcher, contre l'esclavage.

Les derniers mots écrits de sa main, retrouvés après sa mort : « Aimer c'est agir ».

Le conférencier s'enflamme, le discours dérape, mais pourquoi l'homme paraît-il soudain si mal à l'aise ? Pourquoi s'énerve-t-il si violemment au sujet de détails insignifiants.
Se pourrait-il que quelque chose ne cadre pas avec sa vision du grand homme, mais qu'il ne sache comment révéler ?

 

Oeuvre évoquées : Les misérables, Notre Dame de Paris, 1793, La Légende des Siècles, Choses vues, ainsi que les correspondances, discours et écrits politiques.
Illustrations Sonores Hernani de Verdi et Lucrèce Borgia de Donizetti.